Les écoles de commerce

image
L’admission parallèle des Bac +2/+3 permet aux écoles de commerce de maintenir ou de faire croître leurs effectifs. Elle favorise également la mixité sociale et la diversité des parcours.

 

Etes-vous fait pour entrer en école de commerce ?

Contrairement à ce que peut laisser entendre l’appellation, les écoles de commerce ne recrutent pas principalement des profils commerciaux. En effet, la plupart préfèrent mettre l’accent sur la diversité des profils en privilégiant un recrutement sous le signe de l’originalité. Titulaire d’une L2 en lettres, en philosophie ou en maths ? Vous avez autant de chances d’être admis dans une école de commerce qu’un BTS Commerce International ou un DUT Techniques de Commercialisation.
Intéressé par une formation ciblée sur les métiers de l’entreprise : finance, comptabilité, marketing, achats, logistique, assurance, banque, ressources humaines..., vous souhaitez recevoir un enseignement professionnel de qualité et êtes prêt consacrer un temps et un budget certains à vos études ? Alors lancez-vous !


Les principales spécialités

Si la grande majorité des écoles de commerce se veulent généralistes et offrent toutes les bases en matière de gestion, les spécialités qu’on y trouve principalement sont la comptabilité, le marketing, la stratégie ou la finance.
En revanche, certaines ont pris le parti de se spécialiser dans des domaines plus atypiques comme le tourisme, le développement durable, le luxe, l’entrepreneuriat, etc. Ainsi, pensez à bien vous renseigner auprès des écoles que vous visez afin de faire le choix le plus en adéquation avec votre projet professionnel.    

Evaluer votre école de commerce

Pour juger de la qualité d’un établissement, il faut prendre en compte toute une série de critères : le niveau de recrutement, la notoriété de l’établissement, les labels (visa, CGE, grade de master, AACSB, EQUIS, AMBA, CCI), la durée des stages, l’importance donnée à l’international, l’insertion professionnelle, etc. Même si toutes ces données ne sont pas toujours accessibles pour toutes les écoles, n’hésitez pas à fureter sur Internet ou à poser des questions aux écoles directement, à l’occasion d’un salon, par exemple.
 

Les concours

Pour simplifier les démarches administratives et les recrutements, de nombreuses écoles de commerce ont mis en place les concours communs appelés « Banque commune d’épreuves » (BCE). Les oraux restent néanmoins organisés par chaque école. D’autres établissements, en revanche, conservent un concours d’accès qui leur sont propre.

 
Les secteurs prometteurs

Les principaux secteurs qui recrutent les diplômés d’écoles de commerce sont sans conteste la banque, les assurances, le conseil et l’audit. La grande distribution offre également de nombreux postes de commerciaux, mais son image peu séduisante a tendance à provoquer une certaine réticence. En termes de premiers salaires, la fourchette se situe entre 30 et 40 000 €/mois, ceux-ci pouvant varier en fonction de l’entreprise, du secteur dans lequel elle évolue et du profil de l’employé.
Très en vogue également, les secteurs de la culture, de l’humanitaire ou encore de l’entrepreneuriat voient arriver de nombreux jeunes diplômés. Notez que le marketing, la communication et les ressources humaines, en revanche, sont des secteurs très prisés qui n’ont que peu de places à offrir : la demande étant supérieure à l’offre, les recruteurs appliquent une politique très sélective.

 
Le bachelor et le MBA : des débouchés vers l’international

Avec leurs bachelors et MBA, les écoles de commerce mettent l’accent sur l’international. En effet, si l’on s’en réfère aux chiffres communiqués par la CGE, 18,2 % des jeunes diplômés d’écoles de commerce décrochent leur premier emploi à l’étranger. Cours très poussés sur l’import-export, corps professoral étranger ou promotions aux nationalités hétérogènes, par exemple, tout est mis en place pour préparer au mieux les étudiants à l’expatriation. Certaines écoles comme l’ESCP Europe ou l’ESC Toulouse ont même fait de l’international leur cheval de bataille !