L’université : un vaste choix de formations

image
L’image d’une université repliée sur un enseignement théorique ne correspond plus à la réalité : diversification des formations et filières dont la professionnalisation et la valeur n’ont rien à envier à celles des écoles est désormais d’actualité.

 
 
Bien choisir son orientation
 
D’ores et déjà muni d’un bagage solide acquis en BTS, DUT ou licence professionnelle, le choix de votre poursuite d’études doit se faire dans une optique à la fois cohérente et stratégique. Ceux qui ont pour objectif de clore leur parcours à un niveau Bac +3 privilégieront majoritairement la licence professionnelle. Ceux qui au contraire souhaitent réaliser un cycle long s’orienteront davantage vers une licence générale pour continuer sur un master, voire un Doctorat. Dans tous les cas, ne vous laissez pas brider par des chemins tout tracés, pensez votre projet en amont et ayez à l’esprit qu’aucune passerelle ou presque n’est impossible.
 

Tout savoir sur la licence générale
 
Votre BTS ou DUT vous a donné envie de renouer avec des études un peu plus théoriques, voire de vous présenter par la suite  aux concours de l’enseignement ? La licence générale répondra à coup sûr à vos attentes. Les conditions pour y accéder ? Répondre aux critères de cohérence et d’équivalence requis, avant un passage devant une commission pédagogique. Les L2 quant à eux sont admis de plein droit dans la L3 de leur filière.
 

La licence professionnelle
 
A l’heure actuelle, on ne dénombre plus de 2 000 licences pro en France, parmi lesquelles des domaines à succès comme « Techniques de Commercialisation » ou « Gestion des Entreprises et des Administrations ». La force de ces formations tient en leur organisation partenariale : entreprises et universités sont étroitement liées.  Les principaux atouts : l’alternance de plus en plus pratiquée, des cours assurés par des professionnels du secteur visé et un taux de réussite très élevé.
 
 

Pleins feux sur les IUP
 
Instituts Universitaires Professionnalisés proposent des formations très spécifiques et sélectives. Si 75 % du programme se déroule au travers d’un stage, de nombreux enseignements sont également dispensés par des intervenants professionnels. Afin de pouvoir certifier la qualité de leurs programmes, ces établissements disposent d’un label spécifique, le Label IUP, décerné pour 4 ans par une commission de certification paritaire constituée de professionnels et de membres de l’ADIUP sur la base du respect d’une charte.


Master pro et master recherche : lequel choisir ?
 
Le master pro offre un enseignement plus technique que théorique ; l’étudiant est en contact avec des professionnels du secteur d’activité enseigné. Il permet une insertion immédiate dans le monde du travail.
Le master recherche quant à lui permet d’amorcer un travail de recherche qui peut vous conduire au doctorat (Bac +8). Attention, dans les deux cas, si l’entrée en M1 ne requiert qu’un parcours universitaire cohérent, l’intégration en M2 est bien plus sélective : bon dossier, voire mentions sont souvent attendus.
Notez que de plus en plus, les masters recherche imposent la réalisation d’un stage en fin de cursus.
 

Le magistère, un cursus tourné vers le marché du travail
 
Le parcours du magistère est assez proche de celui de l’IUP (entrée en L3, puis 2 ans pour le master). Outre leur diplôme de magistère, les étudiants qui ont réussi leurs examens obtiennent aussi la licence, le M1 et le M2.
Cours théoriques, études de cas, travaux en laboratoire et stages sont au programme. Les disciplines concernées vont des sciences humaines et sociales au droit et à l’économie, en passant par les mathématiques et l’informatique. L’intégration se fait sur sélection (dossier de candidature et/ou épreuves et/ou entretien). Pour en savoir plus : www.magistere.org.
 
 
Le DU ou DIU
 
Avec une sortie à Bac +4 ou +5, le diplôme universitaire (ou diplôme inter-universitaire) est une formation pointue qui doit se faire dans une démarche de spécialisation. Notez qu’il ne s’agit pas d’un diplôme d’Etat, ainsi chaque formation fixe ses coûts de scolarité et détermine son contenu en toute liberté. Il est tout à fait possible de suivre ce type de programme en complément d’un master ou d’une activité professionnelle.
 

Des aides diverses et variées
 
Pour des étudiants peu habitués au fonctionnement particulier de l'université, cette dernière peut faire peur. Mais soyez rassuré, il existe de nombreuses aides qui peuvent vous épauler lors de vos études, selon vos besoins. Par exemple, en cas de difficultés scolaires, n'hésitez pas à demander le tutorat d'étudiant plus âgé, système de soutien scolaire que la plupart des universités proposent.