Pourquoi poursuivre ses études ?

image
Bien que la vocation première des BTS et DUT soit de préparer à la vie active, la tendance à l’allongement des études s’est renforcée avec le LMD.


Où les étudiants de DUT poursuivent-ils leurs études ?

Après un DUT en filière secondaire :
Licence professionnelle : 35 %
Écoles d’ingénieurs : 31 %
Licence Classique : 19 %
 
Après un DUT en filière tertiaire :
Licence classique : 30 %
Licence professionnelle : 31 %
École de commerce ou de gestion : 14 %


L’effet LMD
 
Depuis la réforme LMD, la L3 s’est imposée comme le niveau de sortie d’études le plus répandu. Les anciennes Maîtrises professionnalisantes quant à elle sont peu à peu devenues des masters pros. En résumé, les choix qui s’offrent aux étudiants sont désormais très cadrés. Concrètement, pour près d’un étudiant d’IUT sur deux, la poursuite d’études correspond à trois années d’études supplémentaires (écoles de commerce ou d’ingénieurs, master). Parmi ceux qui optent pour des études courtes, 80 % se tournent vers une licence professionnelle.
 

Prétendre à de meilleurs postes
 
En termes de rémunération, il n'y a pas d’écart significatif entre les diplômés ayant privilégié une insertion immédiate suite à l'obtention de leur DUT et les diplômés ayant continué leurs études en licence. Mais poursuivre ses études permet d’approfondir ses connaissances, de se donner une compétence complémentaire et généralement de décrocher un emploi plus qualifié. La licence professionnelle crée ainsi un niveau de qualification intermédiaire, entre le technicien supérieur et l’ingénieur-cadre supérieur. Cette année d'études supplémentaire reste un bon investissement car elle permet à plus long terme une meilleure évolution professionnelle et une stabilité de l'emploi plus importante.
 

Se doter d'une double compétence
 
Un BTS, un DUT ou une licence professionnelle vous apporte des compétences très spécifiques dans un domaine bien particulier. Parfaitement formé pour celui-ci, vous pouvez désormais envisager la poursuite d’études comme un élargissement de votre champ d’action. En effet, de plus en plus de recruteurs recherchent de jeunes diplômés à même d’agir sur plusieurs fronts. Obtenir une corde de plus à votre arc sera donc un atout supplémentaire pour votre insertion professionnelle. Titulaire d’une licence pro tourisme ? Pourquoi ne pas vous diriger vers un master en management international ? Attention toutefois à ne pas tomber dans la surenchère de diplômes qui pourrait vous desservir. Pensez toujours à offrir une cohérence à votre parcours.
 

Ce qu’il faut repérer
 
Le contenu des enseignements, les volumes horaires, et surtout la richesse des options sont des indicateurs précieux des moyens et du dynamisme pédagogique de l’école ou de la filière universitaire. Cherchez à contacter des étudiants ou des anciens élèves pour en savoir plus, procurez-vous l’annuaire des anciens pour vous faire une idée de leurs parcours professionnels, demandez également à l’école les résultats des dernières enquêtes d’insertion.
 

Où s’informer ?
 
Qu’il s’agisse de juger une école, une formation, de connaître ses débouchés, de programmer sa mobilité, de financer son parcours… Pour tout cela, les sources d’informations ne manquent pas :

- Les centres d’orientation (CIO, CIDJ et autres CDI) et les salons étudiants,
- Les salons, sites Internet et journées portes ouvertes des établissements,
- Les sites institutionnels (www.cge.asso.fr, www.cdefi.fr, www.commission-cti.fr, www.cefi.org, www.cpu.fr),
- Les sites gouvernementaux (www.orientation-formation.fr, www.etudiant.gouv.fr, www.lesmetiers.net, www.education.gouv.fr),